Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Bourse > Profiter du dynamisme des petites entreprises grâce au PEA-PME

Décryptage • Bourse

Profiter du dynamisme des petites entreprises grâce au PEA-PME

13 août 2015

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Certaines PME1 françaises innovent, exportent, s’imposent comme leaders sur leur marché, en Europe et même dans le monde. Leur croissance peut ainsi parfois dépasser celle des grands groupes du CAC  402, et leurs parcours en Bourse s’avérer plus brillants. Grâce au PEA-PME 3, les épargnants peuvent également profiter de la réussite de ces PME en investissant dans des fonds spécialisés. Outre le potentiel de performance de ces fonds, les investisseurs jouissent d’un cadre fiscal particulièrement avantageux puisque ses gains ne seront pas soumis à l’impôt sur le revenu (ils supportent cependant les prélèvements sociaux) 4.

pea pme

« À la Bourse de Paris, les petites entreprises font mieux que les grands groupes trois années sur quatre », remarque Thierry Cuypers, responsable de l’équipe petites et moyennes capitalisations chez Natixis Asset Management5. Plus réactives, plus innovantes, les belles PME voient souvent leurs bénéfices progresser plus vite que les grandes compagnies. « Elles sont aussi plus agiles, capables facilement de saisir les opportunités de croissance externe », ajoute Thierry Cuypers.

Si ces PME dynamiques sont les fleurons de certaines régions françaises, elles peuvent, pour certaines, souffrir d’un déficit de notoriété face à de grands noms du CAC 40. Pour pallier ce manque de visibilité et inciter les épargnants à acheter leurs actions, le gouvernement a créé en janvier 2014 une nouvelle enveloppe à la fiscalité avantageuse, le PEA-PME3. Il souhaite notamment dynamiser le segment des petites valeurs en Bourse, afin que les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) 6 soient de plus en plus nombreuses à faire le choix de se coter sur les marchés pour financer leur développement.

Investir jusqu’à 75 000 euros en franchise d’impôt…

Le PEA-PME s’inspire du PEA 3(Plan d’Epargne en Actions), créé en 1992, sur lequel les particuliers peuvent investir jusqu’à 150 000 euros en actions de sociétés européennes. À condition d’attendre cinq ans après l’ouverture du plan pour faire un retrait, les dividendes perçus et les plus-values réalisées dans le cadre du PEA échappent à l’impôt sur le revenus, mais supportent les prélèvements sociaux (CSG, CRDS...).

Le PEA-PME 3 bénéficie du même avantage fiscal. Tous les contribuables domiciliés fiscalement en France peuvent en ouvrir un et y verser jusqu’à 75 000 euros (en plus des 150 000 euros du PEA classique), pour acquérir des actions de PME ou d’ETI françaises ou européennes répondant à des critères précis. Il est aussi possible de souscrire des fonds spécialisés, qui consacrent au moins 75 % de leur portefeuille à ces entreprises (dont 50 % au moins d’actions).
Pour les épargnants, c’est ainsi une nouvelle façon d’investir dans l’économie réelle, à travers des entreprises dynamiques, tout en ayant conscience que ces titres présentent un risque de liquidité.

… dans des sociétés prometteuses en Bourse

Alors que les premiers pas du PEA-PME3 ont été compliqués, avant que les décrets d’application et les commentaires de l’administration fiscale permettant d’identifier les titres éligibles à cette enveloppe fiscale soient publiés, les règles sont aujourd’hui mieux maitrisées. Les gestionnaires connaissent maintenant l’univers d’investissement au sein duquel ils doivent identifier les sociétés les plus prometteuses en Bourse. « Nous recherchons des PME qui ont une capitalisation boursière de 500 millions à 2 milliards d’euros, qui affichent des bilans solides, sont très profitables, avec des bénéfices en forte croissance et souvent une dimension internationale », résume Daniel Dourmap, gérant d’un fonds actions éligible au PEA-PME 3 chez Natixis Asset Management 5, conscient que « les valeurs de qualité et innovantes s’en sortent mieux en cas de crise (voir ci-contre).»

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n’y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document.

Rédaction achevée au 03/03/2015, sous réserve d'évolutions de l'actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Crédit : Jean Chiscano

Thierry Cuypers, responsable de l’équipe petites et moyennes capitalisations chez Natixis Asset Management, et Daniel Dourmap, gérant d’un fonds actions éligible au PEA-PME chez Natixis Asset Management.

(1)« La catégorie des PME est constituée d’entreprises qui occupent moins de 250 personnes, et qui ont un chiffre d'affaires annuel inférieur à 50 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 43 millions d'euros. » Source : Insee[↩]

(2) Performance 2014 : + 1,73 % pour l’indice CAC 40 DNR versus +10,71% pour l’indice CAC PME DNR (DNR : dividendes net réinvestis). [↩]

(3) Pour toute question sur cette enveloppe et sa fiscalité, vous pouvez contacter votre conseiller. [↩]

(4) Sauf si clôture ou retrait du PEA-PME avant 8 ans. [↩]

(5) Natixis Asset Management – Société de gestion de portefeuille - RCS Paris 329450738 – 21 quai d’Austerlitz, 75013 Paris - Agrément AMF n° GP 90- 009 - Société Anonyme au capital social de 50 434 604,76 €.[↩]

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*



*champs obligatoires