Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Entreprise > 3 questions pour organiser à temps votre transmission d’entreprise

Mémo • Entreprise

3 questions pour organiser à temps votre transmission d’entreprise

6 août 2014

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Transmettre son entreprise implique une longue réflexion personnelle. C’est parfois près de dix ans à l’avance qu’il faut définir sa stratégie. Le temps d’envisager des projets post transmission, d’organiser une nouvelle répartition entre son patrimoine professionnel et privé, et de préparer l’entreprise à sa nouvelle vie.

3 questions pour organiser à temps votre transmission d'entreprise

Quelle est votre situation et quels sont vos projets personnels ?

« En fonction de votre projet de vie après la cession de votre entreprise - en racheter ou en créer une autre, prendre votre retraite, développer une activité de conseil, … - les outils et solutions à mettre en place avant, pendant et après la vente ne sont pas les mêmes », explique Clotilde Courtois, ingénieur patrimonial à la Caisse d’Epargne Nord France Europe. « Certaines décisions doivent être prises avant le passage de la frontière entre patrimoine professionnel et patrimoine privé. »

Si vous désirez réinvestir dans une nouvelle activité, vous pouvez profiter de certains dispositifs fiscaux qui permettent de différer le paiement de l’impôt sur les plus-values dégagées par les capitaux dont vous avez besoin pour développer votre nouvelle activité. Une structuration la plus en amont possible de votre patrimoine permettra de vous dégager, si vous en avez besoin, des revenus complémentaires réguliers ou à la carte.
Et si vous souhaitez maîtriser l’impôt sur la fortune, qui risque de s’alourdir après la vente des biens professionnels, différentes solutions s’offrent à vous en fonction de vos objectifs : privilégier des placements comme les contrats de capitalisation, les œuvres d’art ou la nue-propriété de certains biens immobiliers peut s’avérer judicieux.

Pour vous aider à faire les bons choix en fonction de votre situation personnelle, de la structuration actuelle de votre patrimoine privé et de votre entreprise, de votre régime matrimonial, de votre fiscalité et de vos objectifs professionnels, personnels et familiaux (transmission…), un bilan patrimonial s’impose.
Réalisé avec un banquier privé ou un chargé d’affaires Gestion Privée, il vous aide à mieux comprendre votre situation et les impacts potentiels. Un bilan, précise Clotilde Courtois, permet de « faire le tri dans vos objectifs et de construire une stratégie patrimoniale souple et personnalisée. Un schéma peut en effet très bien correspondre à un chef d’entreprise et être peu adapté pour un autre. »
En commençant plusieurs années en amont, vous aurez les moyens de mener les opérations d’optimisation juridique et fiscale qui protégeront votre famille et prépareront l’entreprise à la transition.

Comment préparer l’entreprise ?

Pour séduire un repreneur et convaincre son financeur, l’entreprise doit se présenter sous son meilleur jour. Évitez d’en renchérir la valeur inutilement, en y laissant des actifs qui ne sont pas indispensables à son activité. Dans cette logique, un rééquilibrage des actifs professionnels et personnels est utile. Un travail de préparation qui prend quelques années et dans lequel un duo de conseillers Caisse d’Epargne peut intervenir en amont de la cession : le chargé d’affaires Gestion Privé ou le banquier privé guide le chef d’entreprise sur sa situation patrimoniale personnelle, en étroite intelligence avec le chargé d’Affaires qui suit l’entreprise. Celui-ci peut aider à faire un point précis de la situation et des objectifs à atteindre.

Parfaite illustration de l’articulation nouvelle à définir entre patrimoine professionnel et patrimoine personnel : le sort de l’immobilier détenu par l’entreprise. Le chef d’entreprise souhaite-t-il le récupérer dans ses avoirs privés pour le louer et dégager des revenus complémentaires ? Ou préfère-t-il le laisser dans la société ?
Même le statut de l’entreprise doit parfois évoluer. « Transformer une SARL en SAS permet de réduire les droits d’enregistrement à la charge de l’acquéreur. Cela peut l’aider », note Clotilde Courtois.
L’identification du bon repreneur peut prendre plus d’une année. Des candidats apparaissent souvent plus facilement dans les cercles proches qui connaissent déjà l’entreprise : des collaborateurs de l’équipe dirigeante, des confrères ou des membres de la famille.

Voulez-vous transmettre à vos enfants ?

Si vous voulez profiter de la cession de votre entreprise pour transmettre une partie de votre patrimoine à vos enfants, il peut être est opportun de procéder à une donation avant cession :vous donnez des parts de la société à vos enfants, puis chacun cède ses participations. La donation “effaçant” les plus-values latentes antérieures, le coût fiscal de l’opération est moindre qui si vous donniez le fruit de la cession. Mais attention à ne pas trop vous démunir, et à de pas faire passer l’intérêt fiscal avant votre stratégie patrimoniale. Et gardez à l’esprit que les titres, une fois donnés, appartiennent aux donataires (vos enfants dans le cas particulier). L’opération doit donc rester cohérente même si, au final, la vente de l’entreprise ne se fait pas aussi rapidement que prévue.
 
La Caisse d’Epargne est aux cotés des dirigeants d’entreprise, que ce soit lors de la création, du développement ou de la cession de l’outil professionnel. Avec ses chargés d'affaires Gestion Privée et banquiers privés, la Caisse d’Epargne vous accompagne dans la gestion de votre patrimoine privé et professionnel.

Rédaction achevée au 06/08/2014, sous réserve d’évolutions de l’actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*