Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Entreprise > Cession d’entreprise : les bonnes surprises fiscales

Décryptage • Entreprise

Cession d’entreprise : les bonnes surprises fiscales

20 août 2014

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Dans un contexte d’alourdissement général de la fiscalité, la loi de finances 2014 a réservé son lot de bonnes surprises qu’il faut savoir saisir. Cession de valeurs mobilières en 2013, cession d'entreprise en 2014, impôt sur la plus-value… Le point sur les nouvelles dispositions et comment en tirer parti.

Cession d’entreprise : les bonnes surprises fiscales

La loi de finances 2014 offre des opportunités fiscales qui peuvent se révéler très intéressantes dans l'optique d'une cession d'entreprise ou de valeurs mobilières.

Jusqu'à 85 % d'abattement sur les plus-values de cession

Parmi les mieux lotis se trouvent les détenteurs de valeurs mobilières (parts ou actions notamment) qui réalisent des plus-values taxables au travers d’un portefeuille, mais également les dirigeants qui envisagent de céder leur entreprise.
Soumises depuis le 1er janvier 2013 au barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR), les plus-values pouvaient être soumises à une fiscalité maximale atteignant 60,5 %1.
Un amortisseur avait cependant été prévu puisque le montant de la plus-value soumis à impôt était susceptible d’être réduit d’un abattement dont le taux dépendait de la durée de détention des titres, pouvant atteindre.
La loi de finances pour 2014 modifie cet abattement à la hausse avec un effet rétroactif sur certaines cessions réalisées en 2013.
Les nouveaux abattements peuvent désormais atteindre 65 %, voire 85 % sous certaines conditions, ce qui permet de limiter l’imposition due à des taux globaux2 de 31,25 % ou 22,25 % à compter de huit ans de détention.

500 000 euros d'abattement sur les cessions

Autre apport de ce texte, le millefeuille de régimes spéciaux est supprimé à compter du 1er janvier 2014, impliquant la simplification du régime des cessions d’entreprise.
Néanmoins, les dirigeants d’entreprise cédant leurs titres et faisant valoir leurs droits à la retraite continuent de bénéficier d’un dispositif plus favorable qui s’ajoute au régime des abattements.
Cet avantage prend la forme d’un abattement supplémentaire de 500 000 euros instauré à compter du 1er janvier 2014. Il permet d’exonérer les plus petites cessions et d’alléger les autres.

Pour bénéficier d'un accompagnement adapté à votre situation, préparer au mieux la cession de votre entreprise et obtenir un éclairage sur ces nouveaux dispositifs, contactez votre chargé d'affaires en Gestion Privée.

Abattement de droit commun
Abattement majoré

Rédaction achevée au 20/08/2014 par Sébastien Coiffard, ingénieur patrimonial à la Banque Privée Caisse d'Epargne Île-de-fance, sous réserve d’évolutions de l’actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

  1. Tranche marginale de l’impôt sur le revenu à 45 % plus 15,5 % de prélèvements sociaux en 2014, abstraction faite de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus et de la CSG déductible. []

  2. Prélèvements sociaux au taux de 15,5 % en 2014 inclus et abstraction faite de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus et de la CSG déductible. []

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*