Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Immobilier > L’état du marché immobilier : les signaux positifs du marché locatif

Décryptage • Immobilier

L’état du marché immobilier : les signaux positifs du marché locatif

17 juin 2015

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Marché en difficulté depuis plusieurs années, le locatif privé démarre l’année 2015 sur un signal prometteur. C’est ce que montre la dernière note de conjoncture de Crédit Foncier Immobilier consacrée au résidentiel.

L’état du marché immobilier

Le marché locatif privé démarre l’année 2015 sur un signal prometteur. Les fragilités observées ces dernières années sont liées, pour partie, à une structure du parc en distorsion avec les réalités de la demande locative, elle-même soumise à de fortes contraintes économiques et de mobilité géographique. Les premiers indicateurs encourageants de ce début d’année sont portés par une mobilité résidentielle qui semble vouloir reprendre des couleurs.

Ce retour d’activité cache des disparités régionales traduisant des tensions qui peuvent varier fortement selon les zones. Ainsi l’activité se contracte-t-elle dans certaines régions, comme en Lorraine (– 0,4 %) ou dans le Limousin (– 0,5 %), alors que les loyers y sont les moins élevés. A contrario, en Languedoc-Roussillon ou en PACA, les loyers élevés ne freinent pas la mobilité résidentielle, qui y croît respectivement de 4,3 % et 2,3 %.

Les paradoxes d’une offre inadaptée

Si, dans les grandes villes françaises, la mobilité a tendance à progresser, Paris voit la sienne se réduire toujours plus, tombant à 16,7 % contre une moyenne sur longue période de 19,8 %. Le marché locatif de la capitale est particulièrement tendu, avec une demande toujours soutenue, alors que la mise en place de l’encadrement des loyers risque d’alimenter encore les tensions.

Sur l’ensemble de l’année dernière, en France, les loyers moyens ont progressé de 1 % en rythme annuel. Depuis début 2015, la tendance semble s’inverser. Dans plus de la moitié des villes de 10 000 habitants, les loyers de marché reculent, en moyenne, de 0,9 %.
Pour autant, depuis six ans, l’augmentation régulière des délais de remise en location s’est accompagnée d’une montée rapide de la vacance locative dans toutes les régions, aussi bien sur les marchés actifs que sur ceux plus déprimés. Début 2015, cette vacance locative moyenne s’établit à 7,8 semaines, s’échelonnant entre 4,5 semaines et jusqu’à plus de 18 semaines, selon les régions.

Au final, le marché locatif privé français reflète les paradoxes d’une offre inadaptée qui, malgré des efforts d’adaptation au niveau des loyers, souffre de la vacance dans de nombreuses régions, tandis que la demande se heurte à une sous-offre persistante dans les zones tendues.

Rappelons que, en 2014, le parc de 33,9 millions de logements comprenait 28 millions de résidences principales, dont 58 % occupés par leur propriétaire. Alors que, depuis une trentaine d’années, le parc croît d’environ 1 % par an, la part des ménages locataires a eu tendance à diminuer jusqu’au milieu des années 1990, pour se stabiliser autour de 39 %, jusqu’à aujourd’hui. Sur l’ensemble du parc de résidences principales, 21,9 % relèvent du parc locatif privé (données Insee 2014), tandis que le parc social en représente 17,4 %. Cette répartition est stable depuis quelques années.

Isabelle Friquet-Lepage
Responsable développement études chez Crédit Foncier Immobilier

Rédaction achevée au 17/06/2015, sous réserve d'évolutions de l'actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*