Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Patrimoine > Versements programmés : épargner sans y penser

Décryptage • Patrimoine

Versements programmés : épargner sans y penser

4 janvier 2017

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Intéressante pour chercher à se constituer une épargne progressive, la mise en place de versements programmés s’applique en particulier à des supports diversifiés. Principaux avantages : épargner sans y penser et éviter de subir les à-coups des marchés financiers1.

versements programmes

Parmi les bonnes résolutions à prendre pour aborder 2017, la mise en place de versements programmés sur certains supports d’épargne est une idée intéressante à plus d’un titre. Comme pour le plan d’épargne logement 2.(PEL) ou certains produits d’épargne retraite (Madelin), dont le fonctionnement repose sur des versements périodiques obligatoires, il est possible d’alimenter la plupart de ses produits d’épargne avec des versements réguliers. C’est le cas des livrets 2 (livret A, LDD, livret Jeunes…), de l’assurance vie, du plan d‘épargne en actions (PEA), du compte-titres ou encore du plan d’épargne retraite populaire (Perp...).

Premier avantage : les versements sont programmés, dès la souscription ou en cours de vie, selon un montant que vous aurez fixé 3 et une périodicité le plus souvent mensuelle, avec la possibilité de les augmenter, de les diminuer ou de les interrompre à tout moment, en fonction de votre capacité d’épargne. Une stratégie qu’il sera facile de mettre en place pour effectuer des virements automatiques de votre compte de dépôt vers vos différents comptes d’épargne. De quoi se constituer progressivement un capital en douceur, sans avoir à s’en préoccuper tout au long de l’année.

Mais c’est surtout quand on souhaite épargner sur des produits diversifiés que l’intérêt de cette stratégie peut se révéler efficace. Sur un PEA ou un contrat d’assurance vie multisupport investi en unités de compte, les variations de marchés, dans un contexte de grande volatilité, se font d’autant plus ressentir que vous aurez effectué un versement unique important au départ.

Investir la même somme au moyen de versements périodiques peut dans certains cas permettre de lisser les fluctuations boursières, donc de chercher à en diminuer le risque. « Cela permet de se déconnecter de l’évolution des marchés, sans avoir à les surveiller au quotidien et en faisant le point une fois par an par exemple, indique Vincent Dubuisson, expert patrimonial à la Caisse d’Epargne Normandie. C’est une stratégie qui contribue à mieux vivre son investissement et à réduire le stress en cas de crise.»

En période de hausse, votre investissement sera valorisé au fur et à mesure des versements. En période de baisse, vous subirez moins fortement les effets négatifs sur votre épargne.
Une étude effectuée début 2014 4sur une centaine de simulations couvrant la période janvier 2004- février 2014 en a fait la démonstration. « Nous avons pris l’hypothèse, d’une part, d’un versement unique de 6 000 euros placés sur un indice actions monde, et, d’autre part, de versements mensuels de 100 euros pendant 5 ans, soit 6 000 euros au total, investis sur le même fonds, explique Vincent Dubuisson. Au terme de la période, compte tenu des fluctuations importantes des marchés, les versements programmés se sont révélés plus avantageux dans 61% des cas et ont permis de générer en moyenne un surcroît de richesses de 60 % par rapport à un versement unique ».
Une stratégie pertinente dans une période d’incertitudes et donc une bonne façon, comme le dit Vincent Dubuisson « de chercher de la tranquillité ».

Rédaction achevée au 04/01/2017, sous réserve d'évolutions de l'actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

(1) Selon les tendances des marchés financiers et/ou des orientations de gestion des fonds, l’investissement progressif ne garantit pas dans tous les cas de figure une performance supérieure à l’investissement en une seule fois. [↩]

(2) Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours, en cas de démarchage (article L. 341-16 du Code monétaire et financier), à compter de la conclusion du contrat.[↩]

(3)Les minima de versement varient selon les contrats.[↩]

(4)Source Natixis Asset Management[↩]

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*



*champs obligatoires