Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Fiscalité > Comment optimiser son imposition en 2018 ?

Dossier • Fiscalité

Comment optimiser son imposition en 2018 ?

29 mars 2018

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

26 Avis

En neutralisant l’impôt sur le revenu de 2018 pour mettre en place le prélèvement à la source, le législateur a aussi supprimé la plupart des opportunités de déductions du revenu imposable. Seuls subsistent les crédits et réductions d’impôt. Explications.

Dans le cadre du nouveau dispositif de prélèvement à la source, mis en place le 1er janvier 2019, le législateur a instauré un crédit d’impôt spécifique (CIMR) destiné à neutraliser l’impôt sur vos revenus 2018. Ceci, de façon à éviter l’an prochain une double imposition des revenus 2018 et 2019. En d’autres termes, vos revenus 2018 seront fiscalement effacés, à l’exception des revenus exceptionnels (dividendes, plus-values, intéressement et participation non investis, indemnité de licenciement imposable…) qui seront imposés au taux moyen du contribuable (voir notre article sur les taux d’imposition).

Des déductions de charges très limitées

Pour avantageuse qu’elle soit, la neutralisation de l’impôt sur 2018 supprime aussi logiquement toute possibilité de déduction de charges d’un revenu… devenu non imposable. C’est le cas des primes versées sur un support d’épargne retraite (Perp, Madelin, Préfon…) ; des dépenses de travaux dans un bien locatif ancien ; ou encore des rachats de trimestres en vue de la retraite.
Reste la possibilité, prévu par un amendement à la loi de finances rectificative pour 2017, de déduire du revenu 2019 le montant moyen des dépenses engagées ou des primes versées sur 2018 et 2019. Une piste éventuelle pour les travaux, sous réserve que les dépenses sur ces deux années soient suffisantes pour gommer les revenus fonciers (voir notre article sur l’investissement locatif). Mais une solution plus aléatoire pour l’épargne retraite, la déduction n’étant possible que si les primes versées en 2018 sont inférieures à celles de 2017 et de 2019...

D’aucuns seront donc tentés d’attendre 2020 pour bénéficier à plein de l’avantage fiscal, sauf dans le cas du contrat Madelin qui doit être alimenté de façon régulière, en fréquence et en montant.
A noter : si vous ne faites aucun versement sur votre épargne retraite en 2018 (hors Madelin), sachez que vous pourrez utiliser en 2020 le plafond de déduction non utilisé les trois années précédentes.

Des réductions d’impôt toujours d’actualité

Contrairement aux opérations ouvrant droit à une déduction du revenu imposable, les dépenses donnant lieu à une réduction ou un crédit d'impôt seront, elles, bien prises en compte en 2018. Il s’agit notamment des emplois à domicile et gardes d’enfant, des dons aux associations, des investissements locatifs (Pinel, Censi-Bouvard, Malraux, Girardin), des investissements dans les PME, en direct ou via des fonds d’investissement (FIP ou FCPI), ou encore des Sofica. Le crédit d’impôt vous sera versé en octobre 2019, après un premier acompte de 30 % en février pour les dépenses de services à domicile ou de garde d’enfant.
Entre déductions du revenu et réductions d’impôt, il faudra donc faire des arbitrages en 2018, en étudiant les meilleures solutions avec votre conseiller patrimonial.

Rédaction achevée au 28/02/2018, sous réserve d'évolutions de l'actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Notez de 1 à 5,
5 étant la plus haute note

À découvrir

 
Rendez-vous ?
Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*