Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Fiscalité > Prélèvement à la source :des interrogations

Question-Réponse • Fiscalité

Prélèvement à la source :des interrogations

28 octobre 2015

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

Année blanche, contrôle, confidentialité, le prélèvement à la source des impôts, prévu en 2018, soulève des questions. Sophie Borenstein, avocate associée du cabinet Reed Smith nous apporte des éléments de réponse.

Entre avantages et inconvénients, que penser de ce changement dans la fiscalité française ?

Le prélèvement à la source s’adapte en temps réel au changement de situation (perte d’emploi, mariage, etc.) du salarié. Cela lui apporte une meilleure appréhension du revenu disponible : l’entreprise lui verse un salaire net après impôt. Ceci étant, la mesure ne concerne pas les non-salariés qui continueront à rédiger une déclaration. Tous les autres revenus (comme ceux du patrimoine) feront l’objet d’une déclaration séparée par le contribuable, en fin d’année, comme par le passé.

Peut-on comparer le modèle français à celui des pays anglo-saxons ?

La comparaison n’est pas vraiment adaptée. La différence majeure tient à la place du quotient familial dans la fiscalité française. Ailleurs (aux Etats-Unis en cas d’option pour une imposition commune ou au Royaume-Uni notamment), l’impôt est individualisé. La situation personnelle n’impacte pas son montant, ce qui le rend plus simple à calculer.

Quels sont les écueils à éviter en France ?

Plusieurs points méritent d’être éclaircis. Comment seront formés les tiers-payeurs chargés d’appliquer cette mesure et qui assurera le financement de ce mode de recouvrement ? Quels contrôles sont prévus pour éviter les erreurs ou fraudes ? Comment garantir la confidentialité des informations fournies par le salarié ? Des questions qui ne sont pas complètement résolues.

Et qu’en est-il de cette « année blanche » dont tout le monde parle : mythe ou réalité ?

Là encore, nous disposons de peu d’éléments de réponse à l’heure actuelle. Il est possible que l’imposition soit faite sur une moyenne de l’année 2017 dite « blanche » et de l’année suivante ou que l’impôt de l’année blanche soit étalé sur les quatre ou cinq années suivantes. Étalement également pour les revenus exceptionnels (primes ou bonus par exemple), dont on imagine mal l’Etat en faire cadeau aux contribuables.

 

sophie borenstein prelevement a la source

Sophie Borenstein est l’associée en charge de l’équipe Fiscalité du bureau parisien de Reed Smith. Elle intervient en fiscalité française et internationale, notamment patrimoniale. Elle est la correspondante officielle de l’éditeur américain Tax Analysts et a également co-écrit le livre Fiches de droit fiscal international – Rappel de cours et exercices corrigés publié aux éditions Ellipses.

Rédaction achevée le 28/10/2015, sous réserve d’évolutions de l’actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires

Du même format

Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*