Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Mécénat > Mécénat de compétences : comment allier solidarité et fiscalité

Actualités • Mécénat

Mécénat de compétences : comment allier solidarité et fiscalité

18 avril 2018

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

1 Avis

Environ 11 % des entreprises mécènes optent pour le mécénat de compétences. Encore méconnu, il peut pourtant être évalué et donner lieu à un avantage fiscal : un argument pour les salariés comme pour les chefs d’entreprise pour franchir le pas. Pour en savoir plus, les réponses de Camille Marc, directrice du développement chez Admical.

Comment définir le mécénat de compétences et quels avantages présente-t-il pour l'entreprise ?

Camille Marc : Il s'agit d'un mécénat en « nature » consistant à mettre à disposition un salarié sur son temps de travail pour effectuer une mission au profit d'un organisme ou d'un projet d'intérêt général. Fiscalement, il ouvre droit à une réduction d'impôt s'élevant à 60 % des sommes engagées (salaire brut, coût de revient de la prestation...). Ce montant est limité à 0,5 % du chiffre d'affaires annuel hors taxe de l'entreprise.

Quels en sont les différents aspects ?

C.M : Ils sont de deux ordres : la prestation de services ou le prêt de main-d'œuvre. Dans le premier cas, l'entreprise s'engage à mener à bien une mission pour la structure bénéficiaire. Rénovation de logements, création d'un site Internet, conception d'une plaquette institutionnelle... : tout dépend du domaine d'expertise de la société mécène. Le prêt de personnel, quant à lui, consiste à répondre à un besoin quelconque (soutien scolaire, nettoyage de plage...). Il n'y a pas forcément de lien avec le profil professionnel de la personne impliquée.

Existe-t-il des critères spécifiques à remplir ?

Le mécénat de compétences est ouvert à toutes les sociétés, sans condition liée au chiffre d'affaires ou au nombre de salariés. De même, il n'existe aucune durée maximale des missions à exécuter. Pour éviter les problèmes de justification auprès de l’administration fiscale, il est préférable de signer une convention tripartite entre l'entreprise, la structure d'accueil et le collaborateur concerné.

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Notez de 1 à 5,
5 étant la plus haute note

À découvrir

 
Rendez-vous ?
Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*