Gestion privée – Caisse d’Epargne

Accueil > Patrimoine > Dans quel(s) secteur(s) investir… dans 200 ans ?

Décryptage • Patrimoine

Dans quel(s) secteur(s) investir… dans 200 ans ?

3 janvier 2019

Envoyer l'article par email Imprimer l'article

166 Avis

Cryptomonnaies, silver economy, données personnelles, espèces menacées... les placements phares des 200 prochaines années pourraient bien nous surprendre ! Dans la lignée de notre exploration des futurs du patrimoine avec Usbek & Rica, tour d’horizon des secteurs dans lesquels vous pourriez investir demain.

Cryptomonnaies

Vont-elles devenir une monnaie de référence (comme au Venezuela), ou seront-elles déclarées illégales (comme en Algérie, au Bangladesh ou en Bolivie) ? Depuis le dégonflement de la « bulle » en 2017, les cryptomonnaies connaissent des succès divers, et si tout le monde a entendu parler du Bitcoin, nul ne peut prédire lesquelles existeront encore dans 100 ans. Quelques certitudes cependant : leurs qualités propres – fongibilité, rareté constante, transmission facile – en font un actif particulièrement désirable ; par ailleurs, la technologie blockchain, sur laquelle repose l’ensemble du système en assurant la sécurité du cryptage, dispose d’applications bien plus vastes – et donc, d’un avenir assuré.

« Silver economy »

« L’homme qui vivra 1 000 ans est déjà né » selon Laurent Alexandre ; en attendant la réalisation de cette prophétie, la population mondiale vieillit, faisant de la silver economy un secteur clé de l’économie pour les années à venir. Dès lors, investir dans les services à la personne, la recherche et le développement en matière d’équipements médicaux, les biotechs, ou encore dans l’immobilier médicalisé (type Ehpad) semble une stratégie judicieuse. Et ce, en particulier concernant le secteur de l’accompagnement de la fin de vie, car si l’espérance de vie augmente, l’amélioration de l’état de santé au cours des 20 dernières années de la vie, elle, stagne, selon l’Observatoire national de la fin de vie.

Données personnelles

La valorisation boursière des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) représente aujourd’hui 2 000 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de la France. Nul doute que, dans ce contexte, l’investissement dans la data a de beaux jours devant lui – même si la croissance du secteur devrait se stabiliser peu à peu. Les raisons de ce ralentissement ? Une opinion publique de plus en plus soucieuse de (re)prendre le contrôle de ses données, entraînant une législation de plus en plus contraignante : RGPD (Règlement général sur la protection des données). Et demain, « patrimonialité des données numériques », selon la proposition de Gaspard Koenig d’étendre le droit de propriété à nos datas personnelles ? Quoi qu’il en soit, si l’investissement est sans risque, il pourrait bien ne pas croître avec autant de force que ce qui a été observé ces dernières années.

Ressources environnementales

« Tout ce qui est rare est cher », dit le proverbe. La menace que fait peser le réchauffement planétaire sur les ressources environnementales – espèces animales menacées, mais aussi écosystèmes naturels tels que forêts, ruches ou bocages – conduit naturellement à anticiper une valorisation croissante de ces actifs dans un futur proche et ce, de manière durable. Un placement d’autant plus sûr que les politiques étatiques de protection des ressources naturelles en garantiront – du moins faut-il l’espérer pour notre survie – la pérennité !

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Notez de 1 à 5,
5 étant la plus haute note

À découvrir

 
Rendez-vous ?
Fermer la fenêtre

Newsletter

Afin de recevoir chaque mois notre newsletter, veuillez renseigner les champs ci-dessous.

Pour recevoir la newsletter, merci de renseigner les champs ci-dessous

*champs obligatoires

Êtes-vous client Caisse d'Epargne ?*